Appel aux bonnes volontés : Les goyas du Haut-Jura ont besoin de vous.

jeudi 27 juillet 2017, par Sylvain Raffourt

Chères et chers cafistes gessien.ne.s, notre familière et prodigue montagne voisine nous offre un univers de sentes secrètes, de vallées mystérieuses, de paysages pour rêveurs solitaires, de tendres futaies où oublier nos douleurs. Elle sait nous accueillir et nous apprendre à nous accorder avec notre terre. Peut-être pourrions nous l’en remercier, l’aider à garder sa douce et agreste beauté, l’aider à préserver une vie indigène délicate, en lui donnant en retour un peu de notre temps ?
Les goyas, fragiles points d’eau d’alpage mais aussi milieu vital critique pour toute une faune aquatique sont un des exemples réussis d’une symbiose respectueuse que des hommes ont établit avec un environnement sensible.
Les Amis de la Réserve Naturelle de la Haute Chaîne du Jura se sont portés volontaires pour réaliser la rénovation du goya de Thoiry-Devant et Martine s’est faite leur porte-parole pour nous demander notre aide. Le nettoyage du goya se fera les samedis 30 septembre et/ou 7 octobre prochains, alors vous qui êtes concernés par la sauvegarde de cette nature qui nous héberge, et voulez donner un coup de main, inscrivez-vous sur le lien suivant : Rénovation du goya de Thoiry-devant

Martine nous explique ce que sont les goyas et en quoi consisteront les travaux :

« Qu’est-ce qu’un goya ?
Le terme goya est typiquement jurassien. Il désigne une gouille artificielle, creusée par la main de l’homme, pour que puisse s’abreuver le bétail mis en alpage.
Car l’eau est rare sur un sol karstique.
La technique ancestrale consistait à imperméabiliser des creux naturels avec de la terre argileuse. Tout un savoir faire qui s’est perdu. Actuellement, ces goyas sont remplacés par d’horribles bâches en plastique noir ou par des citernes.
De plus, ces gouilles accueillent toute une population aquatique : batraciens, tritons alpestres, tubifex, libellules...
Sur 85 goyas, il ne reste qu’une trentaine fonctionnels et régulièrement entretenus. Les autres sont envasés ou ne sont plus étanches ou sont taris.
D’où l’importance de les préserver.
C’est un objectif de la RN de la Haute Chaine du Jura, qui pourrait se réaliser assez rapidement grâce à l’aide de bénévoles.

En quoi consistera notre participation :
Il faut retirer la bâche toute effilochée puis curer le goya - c’est-à-dire évacuer toute la boue qui s’est accumulée depuis des années. Ce n’est pas très "reluisant" mais c’est très revalorisant ! J’ai participé - il y a très longtemps - au curage du goya de la Capitaine. Il y avait une bonne équipe d’amis, et finalement nous nous sommes vraiment amusés.

Organisation :
Les ARN ont aussi contacté le CAS de Genève. Donc nous pourrions faire de notre côté, 2 équipes de 6 / 7 personnes. Il y aura quelqu’un pour donner les directives + 1 personne de la Réserve. Le matériel sera fourni. Il faudra s’habiller de façon adéquate (vieux vêtements qui ne craignent rien - gants - bottes...) »

Martine et Sylvain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.