Promenade au pied du Roc de Tavaneuse

dimanche 26 mars 2017, par Loup Supery

Dimanche matin, 6h30. Nous sommes six sur le parking de la douane de Ferney. Quelques poignées de mains et des prénoms sont échangés sous la bruine, les skis sont chargés dans les voitures, et les sacs à dos entassés par dessus, et nous voilà partis pour près d’une heure et demie de trajet vers la vallée d’Abondance. À notre grande joie, la bruine qui nous a suivis sur la route se transforme peu à peu en flocons, et lorsque nous arrêtons les voitures, c’est par une neige drue que nous sommes accueillis.

Un septième larron nous rejoint, et voilà l’équipe au complet. Les skis glissent hors de leurs housses, et les boucles des chaussures claquent au milieu des voix joyeuses qui résonnent sous les flocons prometteurs. Certains se réchauffent avec une dernière tasse de thé en se préparant. Finalement, les sacs sont bouclés, les skis aux pieds, et nous démarrons, avec pour seuls bruits les doux crissements de nos skis dans la poudreuse fraîche et nos respirations dans l’air glacé.

À mesure que nous montons, la neige s’épaissit, et c’est un vrai plaisir de faire sa trace dans une étendue vierge, comme si nous étions les premiers à la découvrir. Quelques chamois nous font même l’honneur de leur présence, sortant d’un bosquet à quelque distance de nous pour disparaître plus haut vers les crêtes. La neige, elle, continue de tomber, nous enveloppant dans son silence, et notre petite colonne continue son chemin vers le passage de Savolaire dans les traces d’un autre skieur, plus rapide.

L’arrivée au col est plus délicate que le reste de la montée et, ayant vu les restes d’anciennes coulées, nous restons vigilants et passons un à un sur la plaque de neige soufflée qui nous mène en haut du passage de Savolaire. L’ambiance est au rendez-vous, avec un vent turbulent qui nous fait frissonner, et une petite corniche qui surplombe la descente que nous nous apprêtons à savourer. La première éclaircie de la journée, si l’on peut dire, nous laisse entrevoir un coin de ciel bleu à travers le nuage qui nous avale.


Rapidement, une veste supplémentaire vient nous réchauffer, avec une tasse de thé, et nous ne traînons pas longtemps. Les peaux de phoque enlevées, et les capuches relevées, nous voici partis dans une superbe descente, et nos skis font voler la poudreuse fraîchement tombée. Quelques cris de joie et de nombreux virages plus bas, nous voilà tous les sept au pied de la combe qui monte au col de Damoz les Moulins. Les visages éclairés de grands sourires par cette descente des plus savoureuses, presque béats, nous n’hésitons pas longtemps avant de nous lancer dans cette nouvelle ascension, sous un ciel bleu qui a percé à point nommé.

Les vestes tombent très vite après que nous ayons entamé cette nouvelle montée. Peu à peu, l’éclaircie prend de l’ampleur, et les nuages s’écartent sous la poussée du vent pour laisser un soleil éclatant venir scintiller sur la neige. Nous arrivons essoufflés au col de Damoz les Moulins, avec des étoiles dans les yeux. Amusante coïncidence, nous arrivons au col exactement en même temps qu’un trio de skieurs, accompagnés de leurs chiens, et nous échangeons quelques mots avec eux avant qu’ils ne repartent pour le pic de la Corne tandis que nous nous installons face au mont de Grange pour savourer un pique-nique sous le soleil.

Nos sandwiches avalés, et quelques surprises échangées (nous ne dirons rien de plus !), nous sommes tout autant d’humeur à lézarder sous le soleil qu’à entamer une nouvelle descente dans la poudreuse qui nous attend sagement, mais l’approche de nouveaux nuages menaçants nous oriente vite vers le second choix, et nous rechaussons les skis.

Nous savourons autant, si ce n’est plus cette nouvelle descente, ponctuée de cris de joie, et de quelques chutes, et nous voici de retour sur le parking, après une agréable journée, et du bon ski dans cette neige toute fraîche !

Merci à Alexis pour l’organisation de cette sortie, et à José, Jean-Jacques, Romuald, Damien, et Philippe pour tous ces bons moments !

Loup

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.